• Soirée dans le cadre de l'évènement "Chéreau en son temps"
    Patrice Chéreau à l'œuvre

    à l’initiative de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l'université Paris Sorbonne et le CNRS.

    Lundi 21 novembre 2016

    Le 7 novembre 2016 a débuté, à Paris, un ensemble de manifestations autour de Patrice Chéreau. Ce projet, «Patrice Chéreau en son temps», porté par les universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Sorbonne ainsi que par le CNRS, est composé de diffé­rents moments : une exposition au lycée Louis-le-Grand, consacrée aux années de jeunesse de l'artiste; une rétros­pective filmique à La Cinémathèque française; un colloque internatio­nal, «Patrice Chéreau en son temps»; un après-midi,   «Patrice Chéreau   et les nouvelles théâtralités », au théâtre Nanterre-Amandiers. Un livre, Patrice Chéreau à l'œuvre, édité par les Presses Universitaires de Rennes (PUR), accom­pagne ces événements. L'Odéon-Théâtre de l'Europe est l'un des partenaires majeurs de ce projet depuis ses origines. La soirée Patrice Chéreau à l'œuvre, dévolue au travail de ce créateur exceptionnel, retisse les fils qui lient la lecture des œuvres, les mises en scène, la direction d'acteurs. Des com­pagnons de route de Patrice Chéreau expriment, au travers d'un choix de textes, l'univers de l'artiste «Vu du plateau», son exigence et sa passion.

    Marie-Françoise Lévy et Myriam Tsikounas 

    Une soirée à l'Odéon-Théâtre de l'Europe avec Patrice Chéreau à l'œuvre  
    Une soirée à l'Odéon-Théâtre de l'Europe avec Patrice Chéreau à l'œuvre Odéon Théâtre de l'Europe
    21 novembre 2016
    © Sylvie Le Dantec
    Une soirée à l'Odéon-Théâtre de l'Europe avec Patrice Chéreau à l'œuvre Odéon Théâtre de l'Europe
    21 novembre 2016
    © Sylvie Le Dantec
     Une soirée à l'Odéon-Théâtre de l'Europe avec Patrice Chéreau à l'œuvre

    Le plateau avant l'entrée des lecteurs.

    Dominique Blanc,
    Valeria Bruni Tedeschi,
    Éric Caravaca, Marc Citti, Gérard Desarthe,
    Pascal Greggory,
    Marina Hands, Éric Ruf,
    Nada Strancar,
    Thierry Thieû Niang,
    Bernard Verley.

    Lumière : Dominique Bruguière.

    Odéon Théâtre de l'Europe, 21 novembre 2016
    © Sylvie Le Dantec

     

    Textes extraits de

    Lettre de Maria Casarès (texte inédit)
    Les visages et les corps de Patrice Chéreau 
    (Flammarion, 2010, publié dans le cadre de l'invitation du musée du Louvre)
    Transversales de Patrice Chéreau (Le Bord de l'eau, 2010)
    Patrice Chéreau à l'œuvre, sous la direction de Marie-Françoise Lévy
    et Myriam Tsikounas (Presses universitaires de Rennes, 2016).
    Entretien avec Anne-Françoise Benhamou
    Patrice Chéreau, un trajet de Colette Godard,
    commenté par Patrice Chéreau (éd. du Rocher, 2007)
    J'y arriverai un jour de Patrice Chéreau. Ouvrage réalisé par Georges Banu
    et Clément Hervieu-Léger (Actes Sud, 2009, coll. Le temps du théâtre)
    Les Enfants de Chéreau, une école de comédiens de Marc Citti
    (Actes Sud-Papiers, 2025, coll. Apprendre)
    Entretien avec Moussa Abadi (France Inter, 23 juin 2966)
    Entretien avec Lucien Attoun (France Culture, 6 novembre 1999)
     

     

    Patrice Chéreau s'est toujours refusé à faire la théorie de son art.
    Si tous ses textes publiés, peu nombreux, sont remarquables,
    aucun ne se présente comme une somme :
    il écrit sur Lulu, sur le Ring, il signe - pas systématiquement -
    des textes de programmes aussi décisifs que concis, il livre quelques
    fragments autobiographiques dans Les visages et les corps.
    Ainsi, l'essentiel de sa parole d'artiste est issu d'entretiens :
    il en a donné beaucoup, souvent approfondis, passionnants.
    Il y remet sans relâche sa pratique sur le métier, fuyant les généralités,
    s'attachant toujours à la particularité de chaque projet et à la singularité
    des êtres - à laquelle il tenait plus que tout, comme l'exprime chacune de ses fictions.
    Travail est un des mots qui revient le plus souvent dans ces dialogues.
    Invité au lycée Louis-le-Grand en 2008 pour y raconter ses débuts (un exercice
    qu'il n'aimait guère), il définit ainsi ce qui l'avait attiré dans ce groupe théâtral
    qui s'était fait connaître depuis quelques années déjà: «C'était un endroit
    où on travaillait». Cette passion du travail n'est pas qu'un éloge de
    l'artisanat du théâtre; c'est surtout l'expression d'un rapport au monde.
    Travailler, pour Patrice Chéreau, c'est transformer- les œuvres, les acteurs
    (« On voit, sur le plateau, la façon dont leur rôle les a modifiés »), et avant tout
    lui-même et sa propre pensée. Non le monde, mais tous ces bouts du monde.
    Et bien d'autres encore : ce n'est pas par emphase, je crois, que tant de spectateurs
    ont dit qu'un de ses spectacles ou de ses films avait changé quelque chose en eux.
    Travailler, c'est aussi transmuer la plus grande solitude en un endroit de partage
    («Tout me manque et j'en fais des récits»), c'est se laisser traverser par les autres
    (« Je ne suis en un sens - et avec bonheur - que la somme des gens que j'ai
    rencontrés »), c'est se donner la possibilité de changer tout en restant fidèle
    à son geste intérieur («J'y arriverai un jour »), c'est être au présent du monde
    en y renaissant sans cesse, et jusqu'au bout.

    Anne-Françoise Benhamou

     
       
       

     

     

     

     

     

    seconde partie de soirée

    projection du film

    Une soirée à l'Odéon-Théâtre de l'Europe avec Patrice Chéreau à l'œuvreLe Temps et la Chambre
    de Botho Strauss

    réalisé par Patrice Chéreau pour la télévision (France, 1992, 85 min)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    d'après sa mise en scène de la pièce présentée en 1991 à l'Odéon-Théâtre de l'Europe (Molière 1992 du meilleur spectacle du théâtre public)

     

    Une soirée à l'Odéon-Théâtre de l'Europe avec Patrice Chéreau à l'œuvre

    Olaf et Julius cohabitent, co-existent... Ils sont sortis du monde et le regarde du haut de leur fenêtre avec ce mélange d'ironie et de tendresse. Surgit une jeune femme, Marie Steuber, avec elle, la vie, ses passions, ses douleurs, ses souvenirs, ses rencontres improbables, et celles qui sont inévitables. Le temps d'une vie ou celui d'un instant, la chambre intime et universelle, au coeur la colonne, l'axe du monde... 

     

     

     

     

     

     

     

    Botho Strauss est quelqu'un qui a une chose précise à dire sur le monde, sur ce que la vie des hommes est en train de devenir: défaite, détruite, démolie, en tout cas fragmentaire. Il n'y a aucune nostalgie chez lui. C'est un théâtre de maintenant, et des sociétés occidentales de maintenant. Ses portraits sont ceux d'un moraliste qui décrit son époque. Il est à la fois profond et très drôle. Ce qu'il écrit c'est peut-être ce que Tchékhov écrirait s'il vivait aujourd'hui.

    Patrice Chéreau, L'Événement du jeudi, 3 octobre 1991 

     

       
       
       

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une soirée à l'Odéon-Théâtre de l'Europe avec Patrice Chéreau à l'œuvre

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    © Patrice Chéreau © photo Ros Ribas.

     

     


    votre commentaire
  • L'exposition Patrice Chéreau à l’œuvre. Années de jeunesse a été conçue par le lycée Louis-le-Grand où Patrice Chéreau a animé la compagnie théâtrale du lycée pendant ses études. 
    Commissariat de l'exposition : Alain Berland, Marie-Françoise Lévy, Myriam Tsikounas

     

    Au cœur du Quartier Latin, elle vise un large public pour faire découvrir au plus grand nombre une œuvre de jeunesse déjà riche.
    Maquettes, dessins, photographies…  permettront aux visiteurs de comprendre le travail de Patrice Chéreau
    dans ses années de jeunesse.

    L’exposition a pu être réalisée grâce à Jean-Pierre Vincent, Michel Bataillon, Fabrice Crélerot, Gérard Desarthe, François Dunoyer, Sylvie Fischer, Emmanuel Machuel. Elle a aussi bénéficié du concours des Archives municipales d’Erlangen, de l’IMEC et de l’Ina, elle se déroulera du
    8 novembre au 11 décembre 2016 

    123, rue Saint-Jacques, 75005 Paris

    tél. 01 44 32 82 00

    Elle sera ouverte au public de 14 h  à 17 h
    les samedis et dimanches avec une entrée sur présentation d'une carte d'identité

    Le vernissage a eu lieu le 7 novembre 2016 – voir ci-dessous dans
    lire la suite

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Chéreau, Brecht et Althusser (1964-1965)
    par Anne-Françoise Benhamou

    En m’appuyant notamment sur les archives du metteur en scène, je tenterai de montrer ce que les premiers spectacles de Chéreau (L’Intervention de Victor Hugo, Fuenteovejuna de Lope de Vega, L’Héritier de village de Marivaux and L’Affaire de la rue de Lourcine de Labiche) doivent, dans leur dramaturgie et leurs choix esthétiques, non seulement aux théories brechtiennes, mais aussi à « l’intervention althussérienne ». J’examinerai notamment l’influence que le célèbre article d’Althusser sur Giorgio Strehler (“Bertolazzi, le Piccolo et Brecht (notes pour un théâtre matérialiste)”, 1962, in Pour Marx) a pu avoir sur la conception initiale de la mise en scène et du jeu chez Chéreau. Le décalage entre expérience et « fausse représentation » de l’idéologie, qu’Althusser repère chez les personnages de Strehler, résonne en effet avec ce que Chéreau ne cesse de mettre en jeu dans sa direction d’acteur : les contradictions entre corps et langage, c’est à dire entre une vérité pulsionnelle refoulée et un discours qui la masque ou la travestit. Plus globalement, il s’agit de relier l’art théâtral de Chéreau au paysage politique et philosophique de sa génération, en particulier à un de ses thèmes majeurs : la mise en crise du sujet.

    Chéreau, Brecht and Althusser (1964-1965)

    Dramaturgy and artistic options of PC’s early productions owe a lot to Brechtian aesthetics, particularly through the influence of Giorgio Strehler. I will attempt to establish a connection between a famous article by Louis Althusser about a Giorgio Strehler production (“Bertolazzi, le Piccolo et Brecht (notes pour un théâtre matérialiste)”, 1962, in Pour Marx) and Chéreau’s initial relationship to acting : the way Chéreau highlights contradictions between body and language, i.e. between true drives and false self images, can be seen as a theatrical equivalent to the gap that Althusser notices between experience and ideological “false representation”. Thanks to the archives of four 60’s productions (L’Intervention by Victor Hugo, Fuenteovejuna by Lope de Vega, L’Héritier de village by Marivaux and L’Affaire de la rue de Lourcine by Labiche ), I will attempt to connect Chéreau’s theatre to the political and philosophical landscape of his generation, particularly to one of its main topic : the crisis of subjectivity.


    votre commentaire
  • Patrice Chéreau (2 novembre 1944-7 octobre 2013), metteur en scène de théâtre et d’opéra, acteur, réalisateur, scénariste de cinéma et de télévision, est l’un des artistes majeurs du second XXe siècle et de la première décennie du XXIe. Le colloque « Patrice Chéreau en son temps » a pour objet de tracer le portrait de ce créateur d’exception, de resituer son œuvre dans le temps d’une vie (scansions, tournants, influences, échanges, amitiés et réseaux), d’en comprendre l’ancrage et la portée dans la séquence culturelle et politique des années 1950-2010. Fondée sur l’examen de sources inédites, cette manifestation scientifique regroupera des historiens et des sociologues de la culture, des spécialistes d’études théâtrales, de littérature, de cinéma et d’histoire de l’art, mais aussi des artistes, témoins et personnalités du monde de la culture pour mieux appréhender l’itinéraire et l’œuvre de Patrice Chéreau.

    Si les pièces de théâtre, les opéras et le film La Reine Margot ont contribué à la reconnaissance de Patrice Chéreau, neuf autres films, deux téléfilms et les œuvres filmiques de ses mises en scène ont une importance tout aussi capitale, sans oublier son activité de comédien et les nombreuses responsabilités institutionnelles exercées par Patrice Chéreau : directeur du théâtre de Sartrouville, directeur adjoint du théâtre de la Cité à Villeurbanne, codirecteur de la Maison de la Culture de Nanterre, futur théâtre des Amandiers, Président du Jury du Festival de Cannes en 2003, vice-président de la Cinémathèque française en 2005, président de la FÉMIS en 2006.

    C’est cette diversité que souhaite explorer le colloque « Patrice Chéreau en son temps » en confrontant les archives et les témoignages de ses proches collaborateurs. En croisant ces différentes sources, l’enjeu sera de saisir les rapports complexes entre hasards et contraintes sociales, initiatives individuelles et expression d’un moment historique, création et réception critique comme réactions des spectateurs. Loin de toute tentation hagiographique, on interrogera aussi les tensions autour des réalisations et des mises en scène de Patrice Chéreau, comme de ses prises de position et de ses engagements. Plus globalement, l’ambition du colloque « Chéreau en son temps » est d’analyser la contemporanéité d’une œuvre et de mesurer son extension et sa portée, à la fois française, européenne et internationale.

    Relire la trajectoire de l’artiste à l’aune des trois grands domaines dans lesquels il a créé (théâtre, opéra, cinéma) constituera l’un des apports majeurs de cette manifestation qui s’inscrit dans une perspective historique, comprise au sens large. Celle d’une histoire sociale des représentations, qui entend parcourir l’œuvre d’un artiste au gré de multiples déterminations économiques, politiques, esthétiques ou techniques, qui cherche à reconstituer l’ensemble de la chaîne de production artistique et qui tente de reconstituer le fil complexe de la réception plurielle des œuvres. Celle d’une histoire d’un moment singulier – en l’occurrence un large second XXe siècle – durant lequel sont fondées de nouvelles institutions culturelles, se tissent des réseaux artistiques inédits et s’inventent de nouveaux codes dramaturgiques. Celle aussi d’une histoire politique qui analyse les prises de position et les engagements, les conflits idéologiques et les tensions dans un moment marqué par les espérances d’après-guerre, mais aussi par le traumatisme des « Événements d’Algérie », les soubresauts de la Guerre froide et la fin de la division en blocs, les événements de 1968 et les mobilisations des années 1970, les remises en question des années 1980 et 1990. Celle enfin d’une histoire des relations culturelles internationales, qui retrace la diversité de la réception d’un artiste et d’une œuvre dans différents pays au gré de ses tournées et de la diffusion de ses films ; histoire donc de circulations, d’éventuels métissages ou de greffes inachevées. À travers le parcours de Patrice Chéreau, c’est aussi le registre des sensibilités et des émotions, l’histoire des institutions culturelles et des scènes théâtrales et les interprétations contemporaines qui seront explorées.

    Télécharger « Colloque Patrice Chéreau en son temps-programmediffusion.pdf »


    votre commentaire